Anna, femme de bourreau

Anna, femme de bourreau

€15.00Price

Contexte : 

Le 31 décembre 1889, le cadavre du marin-pêcheur François Coupard, tué à coups de couteaux, est trouvé à son domicile de l’Ile-aux-Chiens aujourd'hui appelée Ile-aux-Marins. Les gendarmes soupçonnent rapidement Louis Ollivier, son matelot, avec qui il avait de fréquentes altercations. Il a été vu la veille dans les cabarets de l’île, buvant avec Joseph Auguste Néel, un résident de Saint-Pierre.

Ils sont arrêtés le 1er janvier et font des aveux complets : après avoir bu, ils décidèrent d’aller souper chez Coupard. Furieux de trouver la porte du tambour barrée, ils la démolissent pour entrer. A l’intérieur Coupard se tient un couteau à la main, prêt à se défendre. Il se bat avec Ollivier. Néel récupère le couteau et le retourne contre son propriétaire. Il incite ensuite Ollivier à faire de même. Ils dissimulent le corps puis tentent de gagner la côte terre-neuvienne avec l’embarcation de la victime.

 

En février 1889 le tribunal criminel condamne Ollivier à 10 ans de bagne et Néel à la peine capitale.

En raison de l’absence de guillotine sur l’archipel, les peines capitales étaient habituellement commuées en travaux forcés à perpétuité. Mais cette fois-ci tout fut mis en œuvre pour appliquer cette peine « exemplaire ».

Le 22 août une guillotine en provenance de la Martinique arrive à Saint-Pierre, le 23 un bourreau est enfin trouvé et le 24 août 1889, à 4h30 du matin, Néel est conduit à la place Amiral Courbet. Une foule compacte, assemblée à distance, assiste alors à l’unique exécution de l’histoire de Saint-Pierre-et-Miquelon et à la seule peine capitale de ce genre à avoir été appliquée en Amérique du Nord.

La guillotine conservée aujourd’hui à l’Arche (Musée Archives de Saint-Pierre et Miquelon) fut construite vers 1890 et arriva dans la foulée à Saint-Pierre, car les inconvénients posés par l’absence de « bois de justice » lors de la condamnation de Néel poussèrent le gouvernement à remédier à ce manque.

Cette guillotine ne fut jamais utilisée et est très différente de celle décrite lors de l’exécution de Néel. Celle-ci semblait être très ancienne, et comme pour beaucoup de guillotines à l’époque, le bruit couru qu’elle avait décapité Marie-Antoinette.

Une légende ou pas ? Toujours est-il que cette histoire est le départ de l'inspiration d'Anaïs Hébrard qui imagine donc la vie d'Anna, femme du boureau désigné pour l'Exécution qui est prévue sur la place de Saint-Pierre. 

Cette pièce a été jouée au Festival d'Avignon, dans le Théâtre d'Outre-Mer. Si vous souhaitez rire aux éclats dans un contexte unique, vous laisser emporter par l'autrice connue et reconnue, ce livre est fait pour vous !

124 pages

ISBN 978-2-491898-03-8

Format 21 x 14,8 cm

 

Context:

On December 31, 1889, the corpse of fisherman François Coupard, killed with knives, was found at his home in Ile-aux-Chiens today called Ile-aux-Marins. The gendarmes quickly suspect Louis Ollivier, his sailor, with whom he had frequent altercations. He had been seen the day before in cabarets on the island, drinking with Joseph Auguste Néel, a resident of Saint-Pierre.

They were arrested on January 1st and made a full confession: after drinking, they decided to go to Coupard's for supper. Furious to find the drum door locked, they demolish it to enter. Inside Coupard stands knife in hand, ready to defend himself. He fights with Ollivier. Néel recovers the knife and turns it against its owner. He then encourages Ollivier to do the same. They cover up the body and then attempt to reach the Newfoundland coast with the victim's boat.

 

In February 1889 the criminal court condemned Ollivier to 10 years in prison and Néel to the death penalty.

Because of the absence of a guillotine on the archipelago, death sentences were usually commuted to hard labor for life. But this time everything was done to apply this “exemplary” sentence.

On August 22, a guillotine from Martinique arrived in Saint-Pierre, on August 23 an executioner was finally found and on August 24, 1889, at 4:30 am, Néel was taken to Place Amiral Courbet. A compact crowd, assembled from a distance, witness the only execution in the history of Saint-Pierre-et-Miquelon and the only death sentence of its kind to have been applied in North America.

The guillotine preserved today at the Arch (Museum Archives of Saint-Pierre et Miquelon) was built around 1890 and arrived in the wake in Saint-Pierre, because the disadvantages posed by the absence of "wood of justice" during The conviction of Néel prompted the government to remedy this lack.

This guillotine was never used and is very different from the one described in Néel's execution. It seemed to be very old, and as with many guillotines at the time, there was a rumor that it had beheaded Marie Antoinette.

A legend or not? Still, this story is the departure from the inspiration of Anaïs Hébrard who therefore imagines the life of Anna, wife of the executioner designated for the Execution which is planned on the place of Saint-Pierre.

This play was performed at the Festival d'Avignon, in the Théâtre d'Outre-Mer. If you want to laugh out loud in a unique context, let yourself be carried away by the known and recognized author, this book is for you!

124 pages

ISBN 978-2-491898-03-8

Format 21 x 14,8 cm